Composer un goûter équilibré

Le goûter raisonne avant tout comme un moment de plaisir. Seulement le fait qu’il se situe entre deux repas demande certaines restrictions nutritionnelles: Théoriquement la seule famille d’aliments dont la consommation est optimale entre les repas est les fruits aqueux, c’est à dire les fruits riches en eau. En effet les fruits tels que la pomme, la poire, la pêche, l’abricot, la cerise ou l’orange sont constitués de 75% d’eau, de 5 à 18% de fructose mais aussi d’acides fruitariens. Les fruits sont donc l’aliment « pause » rêvé. On gardera donc toujours le fruit comme base du goûter, on pourra ajouter à notre guise des fruits oléagineux, des fruits secs, et même des protéines mais on n’associera jamais un apport glucidique à des fruits aqueux. Adieu la tarte aux fraises? Pas du tout si on la répare avec de la poudre d’amande! Et les crumbles ? Avec de la poudre de noisette! Les oléagineux sont une source incroyable d’inspiration: La purée de noix de cajou fait un glaçage extraordinaire et gourmand pour un carrot-cake cru et si l’on souhaite une version onctueuse on peut tout à fait utiliser du fromage frais! Il faut réussir à ne plus entendre « restriction » mais « défi »! A partir de là tout est impossible, et l’inventivité prend toute sa place! On chercher d’abord à recréer des sensations connues mais avec l’expérience, on tente de nouveaux goûts et de nouvelles associations, et alors qu’on prend plaisir à la nouveauté, on en oublierait presque qu’on a créé un goûter fruité et gorgé d’acides gras essentiels: Un goûter équilibré! 

Last Updated on 1 mois by Sternadev