Le droit à l’erreur

Dans un monde emprunt de perfection, la cuisine reste un terrain exceptionnel pour l’essai, pour l’inachevé. L’avantage de permettre l’erreur, c’est que l’amélioration reste possible. La cuisine, c’est l’endroit idéal où l’on peut à la fois se tromper et réparer autrement dit tomber et se relever. La réalisation d’une recette a cet avantage de pouvoir être perfectionnée à l’infini: Rien n’est figé. Le droit à l’erreur introduit la résilience dans nos vies. C’est donc une occasion exceptionnelle d’accepter ses difficultés mais sous un angle positif, sous l’angle du mouvement vers l’avant, comme si le handicap devenait alors un point de départ au lieu d’être un point d’ancrage. C’est cette vision qu’il faut mettre en avant: L’ouverture vers le possible, vers le mieux: En termes pratiques, renverser, se tromper dans les dosages, dans l’ordre de la recette oblige à se remettre en question pour rattraper au mieux le plat ou le dessert qui doit être réalisé. On fait donc ici un travail d’adaptabilité, encore une fois de mise en mouvement, et c’est justement cette capacité à réagir face à l’imprévu qui doit être mise en valeur. On félicitera bien-sûr le crumble mais surtout la personnalisation du crumble qui a pu avoir lieu grâce à l’erreur et grâce à son rattrapage. On reconnaitra que l’erreur ainsi est aussi bénéfique si l’on a la patience de voir le résultat. 

Last Updated on 1 mois by Sternadev