Sterna Nutrition

Les bons gras : Nos protecteurs

Afin que l’intestin grêle puisse abriter nos bonnes bactéries, et pour qu’il puisse assimiler tous les bons nutriments que notre alimentation lui procure, encore faut-il qu’il soit imperméable, autrement dit qu’il fasse office de barrière solide contre les attaques virales mais suffisamment souple pour assimiler les acides aminées, les vitamines, les minéraux… . Les aliments star qui protègent notre intestin grêle sont les lipides. Mais pas n’importe lesquels: Ceux qui se transforment en acides gras essentiels: Les omégas 3 et les omégas 6. Pour comprendre pourquoi il faut d’abord comprendre la physiologie de la digestion des lipides: Ils ne subissent aucune dégradation ni ai niveau de l’estomac, ni au niveau du duodénum, c’est à dire qu’ils arrivent pratiquement sous leur forme brute dans notre intestin. Par conséquent, si nous consommons des bons gras, ils se déposeront directement sur notre intestin grêle et agiront comme une protection sur la paroi intestinale. En revanche, les gras nocifs tels que les graisses saturées comme les charcuteries, les crèmes, les graisses animales, surtout si elles sont consommées en excès se déposeront également sur la paroi intestinale mais l’irriteront et empêcheront toute assimilation des nutriments. Dans l’alimentation quotidienne, on privilégie donc l’huile de lin, de chanvre, les poissons gras, graines de lin en assaisonnement, pour les omégas 3 et l’huile de tournesol, ou d’onagre pour les omégas 6. Nous sommes censés entretenir un ratio de 1 pour 5 en consommation d’omégas 3 par rapport aux omégas 6. Enfin les omégas 9, que l’on retrouve dans l’huile d’olive, dans les noisettes, les sésames ou la purée de sésame, même s’ils ne sont pas essentiels puisque nous pouvons les synthétiser, renferment quantité de bienfaits notamment comme régulateurs du cholestérol: Un bon moyen de faire l’arbitre en bons gras et mauvais gras au quotidien. ve, immunitaire et cérébrale de bébé. Il faut donc veiller à ce que les bons messages nerveux s’inscrivent dans ce schéma et ne laisse pas la place à des tendances de dépendance ou d’addiction au sucre. Celles-ci pourraient avoir des conséquences dramatiques comme l’obésité ou les troubles du comportement

Last Updated on 7 mois by frieac

ne partez pas si vite !

Recevez chaque semaine de nouvelles recettes tendance pour bébé et des conseils sur la nutrition de bébé en vous inscrivant à notre newsletter.